mercredi 20 décembre 2017

Sentier du Laurier : pour un débat apaisé et constructif

Nous revenons dans notre blog sur le dossier sensible du "sentier du Laurier", sur lequel nous avons une approche différente de la MEL et de la municipalité.

Dans ce dossier, les interlocuteurs sont divers :

1. La Métropole Européenne de Lille, qui a ses propres objectifs, et qui a la responsabilité, en lien avec les municipalités, mais dans le respect des lois (loi biodiversité, lois sur la protection du patrimoine, loi sur l'eau, loi ALUR...) de définir le Plan Local d'Urbanisme, ses règlements, son zonage.
Le 19 octobre dernier, le Conseil Communautaire a arrêté un zonage qui ne nous convient pas, car il ne nous semble pas contribuer à la préservation et la mise en valeur du patrimoine environnemental, paysager et architectural du Sentier , et parce que le gaspillage des terres agricoles et l'imperméabilisation des sols - qui plus est en zone inondable- ne nous semble pas un usage raisonnable du foncier.  Nous avons sollicité une rencontre avec ses services.

Voici ce zonage arrêté pour le Sentier du Laurier :


2. Les propriétaires de terrains, qui peuvent naturellement avoir un avis sur leur future destination et qui -sauf décision d'expropriation , moyennant indemnisation,ce qui devient une pratique rare-  sont libres de vendre ou non leurs terrains . Nous irons à leur rencontre.
Nous avons d'ailleurs commencé à le faire en rencontrant M. Legarant, porteur d'un projet d' habitat inter-générationnel  vers la rue de Marcq-en-Baroeul, sur lequel nous reviendrons.

3. Vous, nous, les citoyens, les associations, les riverains, qui avons notre avis sur l'avenir de notre ville, et que l'on n'a cessé d'ailleurs de solliciter au travers de diverses procédures: "Je carticipe", réunions d'information et de débat organisées par la MEL. Notre rôle a consisté à leur donner des informations, des éléments le permettant de construire leur point de vue en prenant en compte les préoccupations environnementales. Notre, votre parole, qui constitue une "expertise d'usage" doit être entendue, sans cela la concertation n'est que simulacre.










4. Enfin, la commune de Wasquehal. La Majorité municipale a naturellement son propre point de vue sur l'aménagement de la ville. Mais elle a mis en avant des outils de concertation comme les conseils de quartier, qui doivent avoir la possibilité de jouer pleinement leur rôle. Par la voix de Madame Ducret ou de son adjointe, Madame Soinne, celle-ci déclare que "rien n'est bouclé". Encore faut-il  concevoir que l'expression d'avis a priori divergents est naturel, et éviter de caricaturer les positions des uns ou des autres.  Nous avons donc été amenés à faire également un courrier à Madame la Maire.

Dans la mesure où les propos tenus par celle-ci ont été rendus publics, au moyen de la tribune réservée à la majorité municipale, nous vous communiquons la teneur de cette lettre, que nous avons voulue respectueuse sur la forme, et précise sur le fond, d'où sa longueur.

La voici ci-dessous:


-- 
Bernard DE VEYLDER, Président,
Wasquehal en Transition

LETTRE OUVERTE À MADAME DUCRET :

Madame la Maire,

Nous vous donnons acte que nous n'avons pas a priori le même regard ni la même position sur l'aménagement du Sentier du Laurier que vous-même et votre équipe, même si nous ne sous-estimons pas l'importance des sollicitations qui pèsent sur vous, d'où qu'elles viennent .

L'expression de désaccords peut être féconde pour les wasquehaliens, si on échange des arguments
construits, si on évite les malentendus, en acceptant la bonne foi de ses interlocuteurs .

C'est par ces regards
croisés que se concrétisera une « vérité » sur le Sentier du Laurier et des solutions les plus acceptables par tous.

Votre tribune dans le Wasquehalien du mois de décembre 2017 s'adresse apparemment à votre opposition au
sein du Conseil Municipal, mais, au-delà, il concerne à notre avis tous les wasquehaliens, et particulièrement les habitants riverains des Boërs et du Sentier du Laurier, inquiets et en questionnement, et elle nous semble, du coup, inutilement polémique.

Compte tenu des relations constructives que nos avons cherché à entretenir avec vous-mêmes et vos services,
y compris sur la question de la révision du PLU intercommunal, nous tenons à dissiper avec vous tout malentendu sur les chiffres. Dès le 2 mars dernier, nous vous avons adressé, ainsi qu'à la MEL, suite aux sollicitations publiques que vous avez vous même formulées, une contribution très détaillée à la révision du PLU , et nous avons travaillé sur cette base avec vos services à la réalisation de l'Inventaire du Patrimoine Architectural et Paysager .


Contribution au Plan Local d'Urbanisme intercommunal
Ville de Wasquehal


1. Les espaces verts publics de la commune :


Vous déclarez dans le « Wasquehalien », à propos du chiffrage de « 7,5m2 d'espaces verts » par habitant
qu'il « ne sort de nulle part ».
Nous pourrions vous répondre qu' ayant l'opportunité de mettre en oeuvre une
révision du PLU qui lui permet d'impulser, avec les citoyens, une nouvelle conception de l'urbanisme dans lacommune, il est surprenant que la municipalité ne se dote pas de ses propres indicateurs et/ou ne les communique pas.

Mais ce chiffre ne sort pas de nulle part : malencontreusement élargi à tous les espaces verts par vos
opposants, il sort d' une évaluation que nous avons réalisée nous-mêmes, faute de donnée officielle, des espaces verts « publics », qui relèvent de la municipalité et d'autres pouvoirs publics, et qui permettent à tous, y compris celles et ceux qui ne disposent pas d'un jardin, de profiter de la nature.




Cette évaluation
figurait déjà dans la contribution que nous vous avons envoyée le 2 mars dernier, ainsi que sur notre blog, accessible à tous :

« Si on additionne la superficie de l'ensemble des parcs et jardins publics de Wasquehal aux 6 hectares des
chemins de halage autour du canal, on atteint à peine 13 hectares, le golf que nous partageons avec la commune de Villeneuve d'Ascq n'étant pas ouvert au grand public. C'est peu, rapporté à la population de Wasquehal, puisque cela représente à peine 7,5 mètres carrés d'espaces verts publics pour chaque habitant. C'est deux fois moins que la moyenne, pourtant basse, dans la métropole lilloise, 15 m2 d’espaces verts publics par habitant dans les années 1990. La volonté de la Métropole est, depuis le précédent PLU, d'augmenter de manière significative la superficie de ces espaces verts. »

Cela dit, nous avons même arrondi le chiffre à 15 hectares d'espaces verts publics (150 000 mètres carrés),
en tenant compte de certains petits espaces verts non comptabilisés, et divisé ce chiffre par 20 000 habitants (21343 en 2014) . Cela ne veut pas dire naturellement qu'il n'y a pas plus d'espaces verts à Wasquehal, mais que les autres espaces verts, comme le golf, plus gros espace vert de la ville ( plus de 30 hectares, partagés avec Villeneuve d'Ascq!) , comme les jardins individuels, ne sont pas des espaces verts publics, à la différence de la plaine de jeux, des 5 squares de la ville et du chemin de hallage.

Nous avons même vérifié ces chiffres via le site officiel « Géoportail ». Nous acceptons volontiers de
comparer nos calculs avec ceux de vos services.

2. Évolution de la population communale :


Vous comparez, à juste titre, comme nous l'avons déjà fait nous-mêmes dans notre contribution, la densité de
Wasquehal avec des communes voisines, mais nous l'assortissons de plusieurs remarques :

... la particularité de la politique de construction des dernières décennies sur la commune de Wasquehal
est qu'on y a beaucoup développé un habitat pavillonnaire fortement gourmand en espace, parfois au détriment d'espaces verts publics d'ailleurs. » (c'est le cas du Parc Pompidou).

- « Les disponibilités foncières sont donc limitées, sauf à encore restreindre les possibilités de faire
« respirer » la ville par des espaces verts. De plus, nous l'avons vu dans notre chapitre sur les déplacements, si les habitudes de mobilité restent identiques, les constructions nouvelles peuvent engendrer des difficultés. »

- « Les opérations prévues d'ici 2020 devraient amener, pour plus de 800 logements évoqués, une
population nouvelle d'environ 2300 habitants, soit 10 % de plus. C'est déjà beaucoup dans l'immédiat, surtout, si on ne s'inscrit pas dans une perspective plus large de ville verte, valorisant les déplacements doux et collectifs. »

En effet, les efforts de construction de la ville l'auront conduit à augmenter sa population de 5000 habitants
entre les années 90 et 2020, ce qui en fait la ville qui a le plus augmenté sa population dans toute la région Hauts de France ! On peut donc se permettre réfléchir à deux fois pour les nouvelles constructions. 
 





3. Le prix du foncier

Vous avancez que « le prix des terrains de la zone des Lauriers est de 13 millions ». Le chiffre impressionne.


Mais à notre tour, permettez-nous de vous interroger : de quoi parlez-vous précisément, et à partir de quelle
évaluation ?

Notre association n'a jamais prétendu proposer l'installation d' une ferme urbaine sur l'ensemble des abords
du sentier du Laurier, mais vise dans sa proposition une partie significative du terrain agricole d'environ 5 hectares au coeur de la zone que la MEL envisage de rendre constructible, sachant que notre association ne s'oppose nullement à la construction de logements sur le reste de ce terrain, sous réserve qu'ils respectent une charte paysagère et écologique adaptée au lieu .

Selon l'annexe d'un arrêté du Ministère de l'Agriculture en
date du 24 août 2017, le prix moyen des terrains agricoles en Métropole lilloise s'établit à 13 420 euros à l'hectare, ce qui permet de discuter plus facilement l'acquisition de terrains en vue d'un usage agricole .

Nous précisons que cette ferme urbaine aurait dans notre esprit d'abord un objectif économique – à la
différence de la ferme Dehaudt- et d'insertion, à l'image de ce que font les Jardins de Cocagne, la Serre des Prés ou la ferme des Papillons Blancs à Linselles, ce qui n'exclut pas d'autres missions plus éducatives , mais permet de générer des ressources pour payer, au choix, des loyers ou des prêts, en fonction des possibilités d'accès aux terres cultivables. C'est cette option que nous avons préférée, par exemple, à l'installation d'un nouveau parc public, même si nous souhaitons que cette ferme puisse être visitée par l'ensemble des wasquehaliens qui le souhaitent et jouer le rôle d'espace public.






Illustration : Ferme en permaculture du Bec-Hélouin (Normandie)

Espérant avoir contribué à clarifier ces questions de chiffres, nous serions heureux d'obtenir de vos services
tout indicateur et élément d'évaluation utiles permettant d'éclairer les citoyens sur les différents scénarios possibles d'aménagement du Sentier du Laurier. Veuillez croire, Madame la Maire, en notre volonté de mener avec votre équipe et vos services un dialogue exigeant mais respectueux et constructif,


Pour Wasquehal en Transition,

Bernard DE VEYLDER
, Président

vendredi 8 décembre 2017

Campagne de clichés thermiques

Jusqu'au 22 décembre, inscrivez-vous gratuitement à la campagne de clichés thermiques organisée dans la métropole. Votre conseiller info-énergie vous accompagne pour détecter les déperditions de chaleur de votre maison.

Rencontrez votre conseiller info-énergie

Du mois d'octobre à décembre 2017, inscrivez-vous à la campagne de clichés thermiques organisée dans la Métropole.
Votre conseiller info-énergie, spécialiste de la rénovation énergétique équipé d'une caméra thermique, vous accompagnera gratuitement dans la détection des déperditions de chaleur de la façade de votre maison.
À partir de février, vous aurez l'opportunité d'échanger avec votre conseiller info-énergie sur les solutions possibles en fonction des éventuels problèmes détectés avec le cliché thermique. Retrouvez tous les détails sur le site de la Maison de l'Habitat Durable.

Conditions d'inscription

  • Être propriétaire d’une maison individuelle (mitoyenne ou non)
  • S’engager à rencontrer le conseiller info-énergie
  • La façade doit être accessible depuis la rue (pas de portail, de haie, etc.)
  • Les habitants des communes qui proposent le prêt de caméras thermiques (La Madeleine, Lambersart, Marcq-en-Baroeul et Tourcoing) ne peuvent pas s’inscrire.

Dates à retenir

  • Inscriptions du 1er octobre au 22 décembre.
  • Prise des clichés thermiques de décembre à février (suivant les températures, sans rendez-vous pour le cliché de la façade).
  • Interprétation du cliché avec le conseiller à partir de février.

S'inscrire

Par téléphone au 03 59 00 03 59
N’oubliez pas de préciser vos nom, adresse exacte, numéro de téléphone et si vous êtes déjà engagé dans un projet de rénovation.

mardi 21 novembre 2017

Wasquehal en Transition : pourquoi, comment?

Cela fait presque deux ans que nous existons. Toutefois, dans le cadre de nos actions, nous découvrons chaque semaine, voire chaque jour, de nouveaux contacts. Pour toutes ces personnes, nous refaisons un petit focus sur notre association.

L'association « Wasquehal en Transition est née du regroupement de wasquehaliens
souhaitant agir concrètement face aux menaces écologiques (dérèglement climatique,
perte de biodiversité…).



Pourquoi le nom « Wasquehal en Transition » ?

Il fait référence à l'action initiée en Grande Bretagne par Rob Hopkins, formateur britannique en « permaculture » dont les actions dans la ville anglaise de Totnes sont largement décrites dans le film « Demain », de Mélanie Laurent et Cyril Dion. Ce mouvement a largement essaimé dans le monde.

Comment çà marche ? 

Une des principales barrières au passage à l'action est un sentiment d'impuissance, de solitude ou d'accablement que les catastrophes écologiques provoquent souvent. Le modèle des villes en transition s'appuie sur une vision positive, en valorisant des actions concrètes accessibles à toutes et tous.

L'association « Wasquehal en transition » se reconnaît pleinement dans ces expériences
concrètes présentées dans le film « Demain » et se donne donc pour objectif, à
Wasquehal et ses environs, de FAIRE plutôt que de commenter :

- conseiller et aider les habitants en matière d'économies d'énergies, de patrimoine,
d'équipements en énergies renouvelables, notamment au travers de l'action « Défi familles
à énergies positives » mise en place sur la Métropole par la Maison Régionale de
l'Environnement et des Solidarités;

- promouvoir concrètement des initiatives telles que "les incroyables comestibles",
permettant la réalisation et la mise en commun, de plantations dans l'espace public (nos
carrés potagers),

- promouvoir et protéger la nature en ville (c'est le sens de notre action autour du Sentier
du Laurier);

- promouvoir les déplacements doux et non polluants (vélo…), en relais de l'Association
pour le Droit au Vélo ;

- favoriser l'expression de tous sur les projets d'aménagements urbains ;

- agir pour la protection du patrimoine bâti et paysager…

Wasquehal en Transition est une association adhérente à la Maison Régionale de
l'Environnement et de la Solidarité.

Pour nous contacter : wasquehalentransition@gmail.fr