lundi 23 octobre 2017

Peut-on encore construire à Wasquehal?

Au travers du débat sur l'avenir du Sentier du Laurier, Wasquehal en Transition défend le maintien de la nature en ville et des paysages remarquables.
Il ne défend pas pour autant une ville mise sous cloche, ni l'absence de constructions nouvelles, ni le développement du logement pavillonnaire comme nec plus ultra du logement.
Il essaie de défendre une vision équilibrée de l'avenir de Wasquehal, prenant en compte le changement climatique et les risques spécifiques au bassin de la Marque.


Il y a en cependant un argument qu'il faut examiner avec sérieux : les besoins en logements.

Adjointe à l'Urbanisme de la commune de Wasquehal et Conseillère communautaire, Madame Soinne a exprimé le besoin, pour l'agglomération, de 130 000 logements, et celui d'accueillir des  familles pour peupler les écoles.


130 000 logements? D'où vient ce chiffre? 

Du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), document d'orientation globale en matière d'urbanisme qui concerne non seulement la Métropole Européenne de Lille, mais aussi d'autres communautés de communes (Pévèle, Haute Deûle). Mais ce chiffre est à échéance de 2035.
Pour la Métropole lilloise (MEL) , cela correspondrait à 116 000 logements et à une production par an de 5805 logements.

Source : Syndicat Mixte SCOT-Lille-Métropole
Premier problème : 
La Commission d’Enquête du SCOT a constaté que plusieurs données (population, nombre de logements…) ne sont pas datées et leurs références à un territoire sont parfois fluctuante. Ces chiffres n'ont pas été actualisés. 
Or, les objectifs prioritaires (développement économique, logements, transports)  sont donnés pour répondre à une croissance démographique volontairement fixée à 9 % par le SCOT de Lille Métropole, supérieure de 5 points au taux de croissance tendanciel de la population.

Wasquehal a pris de l'avance!
Deuxième problème :  À supposer même que ces prévisions soient exactes, faudrait-il que chaque commune participe de manière équivalente, entre 2017 et 2035, à cet effort de construction?
Il conviendrait déjà de comparer les efforts faits dans la dernière période. Or, à Wasquehal et dans ses communes voisines, les efforts ont été très inégaux entre 1999 et aujourd'hui :

(Données INSEE) : 

Évolution de la population de Wasquehal

1999 2006 2011 2014

18 541 18 936 19 998 21 343 +2802(+15,11%)
Superficie : 6,86 km2- Densité en 2014 : 3 111 hab/km2

Évolution de la population de Croix :

1999 2006 2011 2014

20 638 20 926 20 483 20 927 +289 (1,4 %)
Superficie : 4,4 km2- Densité en 2014 : 4 713 hab./Km 2

Évolution de la population de Villeneuve d'Ascq :

1999 2006 2011 2014

65 042 61 151 62 681 62 869 -2173 (-3,34%)
Superficie : 27,46 Km2-  Densité en 2014 : 2 289 hab/km2

Évolution de la population de Marcq en Baroeul :

1999 2006 2011 2014

37 177 38 939 39 591 39 291 + 2114 (5,68%)
Superficie : 14,04 Km2 -  Densité en 2014 : 2 799 hab/ Km2

Évolution de la population de Mouvaux :

1999 2006 2011 2014

13 177 13 096 13 477 13 118 - 59 (-0,44%)
Superficie : 4,17 km2 -  Densité en 2014 : 3 146 hab/km2
 
On le voit, entre 1999 et 2014, sur ces 5 communes limitrophes, c'est Wasquehal qui a accueilli le plus d'habitants , en nombre réel et en pourcentage, malgré une superficie relativement peu élevée.
Ceci, sans compter les nouveaux logements actuellement en voie de construction Avenue de Flandres, au centre-ville et au Capreau. 
On peut encore construire à Wasquehal, mais...
On peut donc considérer que Wasquehal a pris une large avance et peut prévoir d'ici 2035 une densification modérée de sa population, sans toucher aux quelques espaces non imperméabilisés existants, aux quelques espaces verts, d'autres communes pouvant, elles, accentuer leurs efforts, particulièrement celles qui ont le plus de superficie.

Pour construire et renouveler l'urbanisme -  avec modération- on  recherchera donc activement friches et dents creuses, locaux commerciaux et industriels vacants sans repreneurs, logements  à vendre : il y a là, même en respectant diverses servitudes, dont le patrimoine inventorié, de nombreuses opportunités pour répondre aux besoins, notamment en logements sociaux.



























































 



mercredi 18 octobre 2017

Nos propositions pour le sentier du Laurier

Ce mardi 17 octobre, le Conseil de Quartier du Centre avait eu la bonne idée d'organiser une réunion d'information centrée sur les projets d'aménagement aux abords du Sentier du Laurier prévus dans le cadre du Plan Local d'Urbanisme intercommunal (PLUi) en préparation.
De nombreux indices prouvaient en effet un certain intérêt pour ces 7 hectares de terrains très peu bâtis!



Madame Soinne, Adjointe à l'Urbanisme et conseillère communautaire, a été invitée à présenter les propositions résultant des discussions entre la municipalité et la Métropole Européenne de Lille.
Il était temps : le Conseil de la Métropole doit se réunir ce jeudi 19 octobre pour arrêter ce projet de PLUi, même si, comme l'élue l'a indiqué, l'année 2018 sera celle d'une enquête publique sur ce projet.

Cette possibilité de s'exprimer sur ce projet, nous le rappellerons constamment à nos concitoyens, en espérant qu'ils ou elles s'en saisissent.



Madame Soinne a donc dévoilé les "Orientations d'aménagement et de programmation" (OAP) portées par la municipalité. Elles organiseraient, si elles étaient acceptées, l'implantation de logements portés par divers promoteurs connus : Nacarat-Rabot-Dutilleul, Villogia...

Elle a évoqué, à l'appui de ce projet, le besoin en logements nouveaux de tous ordres qu'un document de la MEL estime à  130 000 d'ici 2035 (ce chiffre est contesté par les associations écologistes adhérentes à la Maison Régionale de l'Environnement et des Solidarités, car il s'appuierait sur une une croissance démographique volontairement fixée à 9 % par  Lille Métropole,
supérieure de 5 points au taux de croissance tendanciel de la population!  Accentuation de la métropolisation au détriment des autres secteurs de la région
? (voir leur contribution au PLU2 -cf le blog www.mres-asso.org-).

Si ce projet ne touche pas directement le sentier du Laurier, il risquerait probablement  de l'impacter indirectement.

Il s'agit d'organiser, autour d'une nouvelle voie allant de la rue des Frères Gonthier (site Orange) jusqu'au canal, un nouveau quartier que la municipalité veut voir composé de logements individuels. L'exemple évoqué est le quartier de la Brigode à Villeneuve d'Ascq, produit dans les années 70 du siècle dernier.

Malgré la conviction de l'élue, il ne semble pas que la salle ait été enthousiaste sur ce projet, qui a fait l'objet de nombreuses questions et critiques.

Le projet  détaillé d'OAP porté par la municipalité sera consultable en ligne.

Pour sa part, Wasquehal en Transition développe une toute autre vision du secteur et a exprimé ses propositions qui rencontrent largement l'opinion exprimée dans la concertation métropolitaine sur les espaces nature de décembre 2016:

Le nombre d'espaces de nature en métropole est pour 72% des participants à l'enquête, « pas satisfaisant » ou « pas du tout satisfaisant » .

 Voici donc un résumé de ces propositions , que nous avions déjà longuement précisées sur notre blog:

État des lieux : 
Le sentier du Laurier et son environnement sont le seul reliquat de la vocation agricole et horticole passée de Wasquehal.
Il dispose d'une riche flore et d'espèces animales protégées (chauves souris, petits rapaces).
 Wasquehal, en zone inondable, doit garder des secteurs non bâtis et non imperméabilisés.
Le maintien et le renforcement du boisement en ville sont une nécessité face au changement climatique.
Le sentier du Laurier est un lieu de promenade et de pratique sportive (course et vélo) apprécié et à valoriser.
En lui-même, c'est un cheminement étroit (passage d'une seule voiture).
C'est un élément de patrimoine paysager à protéger, conformément à l'une des nouvelles obligations imposées au PLU
Les Wasquehaliens ne disposent actuellement , intra-muros, et en comptant les berges du canal, que de 7,5 mètres carrés d'espaces verts publics par habitant (Lille et Roubaix: 15 M2).  





Les propositions globales de Wasquehal en Transition sur l'urbanisme (voir le site "je carticipe"):
 



Wasquehal en Transition n'est donc nullement, par principe, opposé à la construction de nouveaux logements sur la commune, y compris des immeubles, sur d'autres secteurs, pour répondre aux besoins sociaux, mais estime que la population a besoin aussi de nature, d'arbres et aussi de se protéger des inondations.

WeT propose donc les Orientations  d'Aménagement et de Programmation  suivantes : 

- Le classement du Sentier du Laurier à l'Inventaire du Patrimoine Paysager (IPAP), conformément aux principes émis dès 2004 (cf aussi lois du 7 juillet et du 8 août 2016).
- La limitation de la circulation dans le sentier à la desserte des seuls riverains, aux vélos et piétons
- Le classement de l'essentiel des terrains actuellement cultivés à proximité du sentier en zone agricole et non plus en zone À Urbanisation Différée.
- le lancement d' un appel à projets pour la réalisation sur cette zone d'une ferme urbaine à vocation maraîchère (et en permaculture) - potentiel de 4 Ha agricoles  = équivalent à Serre des Prés à V.d'Ascq .
- Les quelques nouvelles constructions respecteront les normes écologiques très élevées (Coefficient de biotope élevé...) 


Fermes urbaines: une idée qui fait...son chemin !

 Voici en effet quelques titres de journaux qui en attestent :
"25 fermes urbaines qui démontrent que le futur est en marche"
"Les fermes urbaines débarquent à Lyon"
"FERMACULTURE, la Ferme Urbaine d'Annecy"
"Le projet de ferme urbaine du Trichon est sur le bon tempo"
"Agriculture urbaine : transformer les friches en sols nourriciers à Roubaix "



Discutons-en!